lundi 14 août 2017

En route pour Gwaii Haanas

La découverte des iles de Haida Gwaii commence par la petite ville de Queen Charlotte où nous trouvons in extremis à caser nos deux catas... Tout petit port de pêcheurs, professionnels et amateurs, où les aigles n'hésitent pas à se percher sur des lieux improbables...ici l'anémomètre de Kea. C'est tout petit, fragile et ca tourne! Heureusement l'aigle, qui pèse tout de même son poids, n'est pas resté longtemps et n'a rien abîmé!
Puis le lendemain matin, 5km en vélo pour rejoindre le quartier général du parc national Haida Haanas où nous devons écouter le briefing obligatoire des Rangers. Problème de sécurité (pas de communication une fois sur place, à part la BLU bien sur), explications sur la protection des sites qui sont d'anciens villages Haida et mises en garde sur les conditions meteo car les mouillages devant les sites sont tres mal abrites. Heureusement il y a toujours de bons abris à proximité.
Retour sous la pluie, puis nous allons mouiller à quelques milles au sud dans Allyford Bay, tres bien protège du fort vent de sud est annoncé pour le lendemain. Balade à terre, et pêche aux crabes miraculeuse...6 crabes dans le crab pot. C'est le jackpot!!
Depart ce matin pour le sud de l'archipel, à la découverte des villages perdus..
Bises à tous depuis le milieu de Charlotte Inlet...en navigation donc.

jeudi 10 août 2017

Welcome to British Columbia

Nous voici au Canada. Entrée officielle faite à Prince Rupert, première ville côtière au nord de la Colombie Britannique. Nous y retrouvons Kea et faisons une jolie balade avec eux en vélo puis à pied dans les bois. L'occasion de découvrir des "reversing rapids" autrement dit des rapides qui changent de sens avec la marée.... Pas à faire avec nos bateaux...!
Le lendemain, visite d'une ancienne cannery, autrement dit une conserverie de saumon qui a été conservée comme musée mais les 19 autres qui étaient autour ont toutes été détruites dans les années 1980. 40 km en vélo aller-retour, effectués avec les vélos de Dom et Dom car nos petits vélos pliants ne sont pas tres adaptés à de longs trajets pas vraiment plats... La vérité m'oblige à dire que j'ai craqué au retour - faute d'exercice mes petits muscles sont atrophiés...!!!! - et j'ai pris un bus pour faire les 15 derniers km..!! Serge lui a pédalé tout le long...il s'entraîne pour la prochaine saison de ski!!!
Au départ de Prince Rupert, wild life dans la rue: une daine et ses deux faons, au beau milieu des voitures!
Nous partons ce jeudi matin avec Kea pour un mouillage à 40 milles au sud avant de sortir un peu des sentiers battus. Vendredi, cap sur les Iles de La reine Charlotte. Un archipel situé très à l'ouest de l'Inside passage et beaucoup plus sauvage, encore largement habite par les natives Haida . L'archipel a d'ailleurs été rebaptisé Haida Gwaii.
Bises à tous de Prince Rupert.

dimanche 6 août 2017

« Be Bear Prepared »




Depuis notre arrivée en Alaska, nous avions une certaine frustration côté wildlife… Alors que partout des panneaux  préviennent de faire « Attention aux ours », que dans les guides nautiques ils nous disent d’être « bear prepared » si on fait une petite balade à terre, force est de constater que nos visions de plantigrades sont restées très limitées. Quelques aperçus sur des plages, en passant. Déjà bien mais loin de l’omniprésence annoncée.
 Nous avons donc décidé d’aller les voir sur leur lieu de casse-croute, en l’occurrence la rivière Anan et ses rapides que les saumons remontent depuis la nuit des temps pour la saison des amours. Qui dit saumon dit ours et donc, l’homme moderne autrement dit le service des forêts de l’Alaska, a imaginé  y installer une sorte d’observatoire pour pouvoir admirer le spectacle sans déranger les bêtes et en sécurité. Le nombre de visiteurs est limité à 60 par jour, moyennant un permis de 10 dollars. Sachant que le site est à une trentaine de milles de la ville la plus proche (Wrangell) et que les tour boats font payer l’excursion 300 dollars aux touristes, l’idéal était bien sûr d’y aller avec Kallima ! Nous voilà donc partis lundi avec une nouvelle passagère à bord,  Caroline, une française qui fait le tour du monde à pied (son site : piedslibres.com) et qui a embarqué pour quelques temps sur un catamaran australien, immobilisé en ce moment  à Wrangell pour cause de rencontre imprévue avec un rocher…
Deux petites journées de navigation sous un grand soleil et nous mouillons dans Anan Bay. Débarquement en annexe et petit speech sécurité du Ranger. On l’écoute d’une oreille…ça fait longtemps qu’on ne croit plus aux rencontres d’ours sur les sentiers… !

 Nous partons sur le trail toujours très bien aménagé (les planches en bois permettent d’éviter le terrain disons très spongieux), admirons la rivière que nous longeons, les saumons dans la rivière, 


les aigles qu’on aperçoit sur les rochers, parlons quand même fort pour ne pas surprendre un plantigrade…just in case… et après une demie heure de marche, juste avant d’arriver à l’observatoire, le choc ! Le ranger de permanence nous fait signe de nous arrêter. Et nous voyons passer ceci….juste devant nous !



Ça met tout de suite dans l’ambiance!
La voie est libre, nous pénétrons sur la plateforme fermée par des barrières en bois et qui domine les rapides où l’on voit distinctement les saumons sauter.
 Et là, c’est magique ! Toute la journée, pendant la saison qui est très courte, les ours viennent pêcher, repartent manger dans la forêt ou tout simplement à quelques mètres de nous. Il  y a de gros costauds, des plus fins, des noirs (essentiellement) mais aussi un beau grizzly, des oursons (nous verrons plusieurs mères avec leurs petits),des bons pêcheurs et des patauds, certains qui craignent l’eau froide et y mettent prudemment la patte ; d’autres qui se jettent dans les rapides. Nous y passerons 4 h, pour un véritable show non-stop.


Grizzly


La plateforme est occupée en permanence par une quinzaine de personnes, avec des groupes qui viennent et repartent en faisant toujours attention aux ours qui coupent le chemin en allant vers la rivière ou en en repartant.  On y reste le temps qu’on veut et c’est très bien fait, organisé et pourtant au cœur de la nature. Les ours sont visiblement plus concernés par leur pitance que par les hommes qui les regardent bouche bée. Même s’il y a certainement des lieux totalement sauvages on l’on peut voir un tel spectacle mais plus risqué et plus complexe à trouver….on est loin ici du piège à touristes et nous sommes tombés sous le charme ! Caroline a fait 1292 photos….c’est dire !!
Plus modestement vous avez droit à quelques-unes des miennes…





Et n'oublions pas qu'ils sont là pour manger...




Lui il se régale, à deux pas de nous!!
Vue plus large de la rivière : 


Bises à tous depuis Ketchikan où nous sommes arrivés ce vendredi après-midi et où il fait toujours très beau : 26 °C. dans la journée. Nous reprenons nos repas dans le cockpit et j'ai ressorti les sandales! Ce sera notre dernière étape en Alaska. Dimanche, départ pour Prince Rupert, le port d’entrée au Canada, où nous devrions arriver mardi ou mercredi.

Et pour le plaisir, quelques vues de Meyers Chuck, un petit paradis où nous avons fait escale deux jours sur notre route vers Ketchikan. Blue, blue the sky is blue...!




Et la preuve par le thermomètre : en bas à droite la température extérieure, à gauche la température intérieure...





lundi 31 juillet 2017

Quelques images

L'Alaska, ses totems (ici ceux des Tlingits), ses pêcheurs, sa wildlife....

De Petersburg à Wrangell

Une quarantaine de milles seulement séparent ces deux haltes classiques de l'Inside Passage, mais nous aurons pris notre temps pour les faire! Balades autour de Petersburg sur des sentiers au cœur de la rain forest boreale, tellement humide et moussue que les services forestiers (aidés par des bénévoles comme c'est classique aux USA) installent des cheminements en planches sur plusieurs miles de longueur. Impressionnant! Et glissant aussi quand il pleut....c'est à dire souvent!
Découverte de Petersburg, ses magasins, ses pêcheurs...en long en large et en travers...
Tentative d'approche d'un nouveau glacier mais finalement abandonnée au vu des très nombreux glaçons qui flottaient partout. Difficile d'imaginer slalomer entre les growlers pendant près de 10 milles...
Et enfin, descente du fameux Wrangell Narrow, un passage étroit et sinueux où le courant peut atteindre 3 nœuds. Autant dire qu'on est parti aux bons horaires de marée pour pouvoir avancer!!
Wrangell comme Petersburg sont essentiellement tournées vers la pêche. Très peu de tourisme car ce ne sont pas des escales de paquebots de croisière. C'est bien agréable!! Mais il pleut... On y aura tout de même eu l'un de nos deux seuls couchers de soleil depuis cinq semaines que nous sommes en Alaska!!
Francois-Xavier et Monique nous quittent ce lundi, et nous poursuivrons notre route vers le sud.
Bises à tous depuis Wrangell.